La ménopause au naturel

La ménopause au naturel

Pour une ménopause naturelle: informations, conseils, échanges

19/02/2024

Dans une ère où la quête de sens et de bien-être est au cœur des préoccupations, l'alchimie, avec son riche héritage de transformation et de quête intérieure, offre aux femmes de 50 ans une voie lumineuse vers la redécouverte de soi. Voici pourquoi l'alchimie est plus pertinente que jamais pour les femmes arrivant à cette étape significative de leur vie :

1.Transformation intérieure : À l'image du plomb transformé en or, l'alchimie symbolise le passage d'un état de conscience à un autre, encourageant les femmes à voir la ménopause non comme une fin, mais comme le début d'une ère de sagesse et de renouveau.

2. Équilibre des opposés : L'alchimie enseigne l'harmonie entre les forces opposées, un principe particulièrement résonnant à cette période de la vie où le physique et le spirituel cherchent un nouvel équilibre.

3. Quête de l'élixir de vie : La recherche de l'élixir d'immortalité en alchimie peut être vue comme une métaphore de la quête de bien-être et de vitalité, incitant les femmes à explorer des pratiques qui nourrissent le corps, l'esprit et l’âme.

4. Connexion avec la nature : L'alchimie, avec son profond respect pour les éléments naturels, encourage une connexion renouvelée avec la nature, essentielle pour le bien-être physique et mental.

5. Puissance de la transmutation : Les principes alchimiques de transmutation offrent des outils pour transformer les défis personnels en opportunités de croissance, une compétence précieuse à cette étape de la vie.

6. Sagesse ancestrale : Se plonger dans l'alchimie, c'est se connecter à une sagesse ancienne qui éclaire le chemin vers la compréhension de soi et du monde, offrant des perspectives nouvelles et enrichissantes.

En intégrant les principes de l'alchimie dans leur vie, les femmes de 50 ans peuvent trouver des clés pour une transformation personnelle profonde, embrassant cette période de transition avec curiosité, ouverture et confiance en l'avenir. C'est un voyage qui promet non seulement le renouvellement de soi mais aussi une profonde réconciliation avec les cycles de la vie et la magie du quotidien.
: :

18/02/2024

Sagesse Émotionnelle : La Ménopause comme Passage Initiatique

La période de la ménopause est souvent un passage initiatique pour les femmes, consciemment ou inconsciemment. C’est l’occasion pour nous d’aller plus loin dans la découverte de nous-même, de cultiver notre équilibre émotionnel, non seulement pour avancer pour notre propre chemin, mais aussi pour diminuer l’impact des changements physiques de cette période.

Voici quelques exercices inspirés de l’alchimie spirituelle qui peuvent vous aider à vivre cette étape de vie en pleine conscience :

Immersion dans la nature avec un but précis : Passez du temps dans la nature en vous concentrant sur un élément naturel particulier qui résonne avec vous. Par exemple, concentrez-vous sur la force et la résilience des arbres ou sur le flux et l'adaptabilité de l'eau. Réfléchissez à la manière dont ces qualités reflètent des aspects de votre vie ou des traits que vous aspirez à cultiver.

Cartographie guidée des émotions : Créez une carte des émotions en utilisant des paysages naturels. Attribuez des sentiments tels que la joie, la tristesse, la colère ou la peur à différents éléments, tels qu'une clairière ensoleillée ou un ciel orageux. Cette visualisation peut vous aider à naviguer dans votre terrain émotionnel de manière structurée et à comprendre que, tout comme le temps, les émotions sont éphémères.

Se connecter à la nature: Engagez-vous dans des pratiques corporelles dans la nature, telles que la marche en pleine conscience. Soyez attentif aux sensations physiques et émotionnelles qui se présentent, en les reconnaissant sans jugement. Cette pratique peut aider à libérer les émotions stockées et à favoriser une connexion plus profonde avec le corps et l’environnement.

Gardez bien à l'esprit que le but de ces exercices n'est pas d'atteindre la perfection, mais de favoriser la prise de conscience, l'acceptation et la croissance. Il s'agit d'embrasser tout le spectre de vos expériences et de vos émotions, tout comme la nature accepte et s'adapte aux changements de saisons et de conditions

16/02/2024

7 façons simples de reconnecter avec la nature aujourd'hui 🌿

Se reconnecter à la nature est essentiel pour notre bien-être physique et mental. Voici sept façons simples de renouer avec la terre et de revitaliser votre esprit :

Pieds Nus sur la Terre – Marchez pieds nus dans l'herbe ou sur la terre. Cette pratique, connue sous le nom de "earthing", vous aide à vous ancrer et à ressentir une connexion directe avec la planète.

Étreinte Arborée – Enlaçez un arbre. Oui, cela peut sembler cliché, mais l'étreinte d'un arbre peut augmenter les niveaux d'hormones du bien-être et réduire le stress.

Cultivez un Jardin – Que ce soit un grand jardin ou quelques pots sur le rebord de la fenêtre, cultiver des plantes vous met en phase avec les cycles de croissance et de vie.

Observation des Nuages – Allongez-vous et regardez les nuages passer. Laissez votre imagination s'envoler avec eux et profitez de ce moment de détente.

Rencontres Animalières – Prenez le temps d'observer les oiseaux, les insectes ou tout animal sauvage dans votre environnement. Vous pouvez même installer des mangeoires pour les attirer près de chez vous.

Collecte de Pierres ou de Coquillages – Lors d'une balade sur la plage ou en forêt, recherchez des pierres spéciales ou des coquillages. Ce simple geste peut vous aider à créer un lien tangible avec la nature.

Bains de Forêt – Pratiquez le "Shinrin-yoku", ou bain de forêt, qui consiste à être présent dans un espace boisé et à absorber consciemment l'atmosphère de la forêt pour en tirer des bienfaits thérapeutiques.

Chaque petite interaction avec la nature nous rappelle que nous en faisons partie. Prenez le temps aujourd'hui de vous reconnecter et de sentir la terre sous vos pieds, l'air dans vos poumons, et l'harmonie autour de vous. 🌱✨

15/02/2024

Découvrez le premier pas vers un bien-être durable

Dans la quête d'une vie équilibrée et sereine, le premier pas est souvent le plus crucial. Prendre du temps pour soi n'est pas un luxe, c'est une nécessité. 🌱

Nous vivons dans un monde où la course contre la montre semble infinie. Mais avez-vous déjà pensé que vous pourriez être plus productive, plus heureuse et en meilleure santé en faisant une simple pause ?

Voici un guide pas-à-pas pour vous aider à intégrer ce concept vital dans votre routine quotidienne :

Définissez vos Priorités – Commencez votre journée par ce qui compte le plus pour vous. Cela peut être de la méditation, de l'exercice, ou simplement savourer une tasse de thé en silence.

Planifiez du Temps pour Vous – Marquez-le dans votre agenda comme vous le feriez pour toute autre réunion importante. C'est un rendez-vous avec vous-même.

Créez un Espace de Sérénité – Que ce soit un coin de votre maison ou un parc à proximité, trouvez un lieu où vous vous sentez en paix pour vous ressourcer.

Déconnectez-vous – Mettez de côté les appareils électroniques. Ce moment doit appartenir uniquement à vous et à votre bien-être.

Soyez Constante – La régularité est la clé. Même 10 minutes par jour peuvent avoir un impact profond sur votre état d'esprit.

Réfléchissez – Utilisez ce temps pour penser à vos objectifs, vos réalisations et ce pour quoi vous êtes reconnaissante.

Étendez cette Pratique – Progressivement, essayez d'étendre ces moments de calme et de réflexion à d'autres aspects de votre vie.

Rappelez-vous, la prise de temps pour soi n'est pas égoïste. C'est le fondement sur lequel vous pouvez construire une vie pleine de joie et de sens. 🔆

Photos from Shanti cours et stages de Hatha Yoga à Albi's post 09/02/2024
28/06/2022

Nous recherchons des volontaires pour une séance GRATUITE de BILAN AYURVEDIQUE le SAMEDI 9 JUILLET à 15h à l'Espace Au Coin de l'Amour.

Les bilans ayurvédiques durent environ 1h30 et seront réalisés par nos élèves en formation.

Voici comment se déroule la séance : les élèves évalueront votre constitution ayurvédique, feront l'examen de vos déséquilibres, et vous donneront des conseils d'hygiène de vie, diététique, soins et phytothérapie ayurvédique, sous la supervision de l'enseignant.

Nombre de place limité aux premiers inscrits.

Si cela vous intéresse, contactez moi (Morgan) au 06 06 46 56 65 ou sur [email protected]

Au plaisir de vous retrouver!

14/03/2022

Se (re)connecter à la nature grâce à l'alchimie végétale.

Formation en ligne "Devenez alchimiste des plantes".

Ouverture des inscriptions pour la prochaine session.

Démarrage : le 21 mars 2022.

Bien à vous,
Sophie F***t

Pour en savoir plus :
https://www.elixirsdeprovence.com/formation-alchimiste

22/07/2020

"Knix, une enseigne canadienne de lingerie, a souhaité combattre l’âgisme dans sa nouvelle campagne publicitaire.

La marque a alors mis en lumière de nombreuses femmes de plus de 50 ans !

Comme chaque année, les marques de mode célèbrent la journée internationale des droits des femmes en lançant des campagnes centrées sur l'autonomisation des femmes et l'égalité des sexes.

Les bénéfices sont généralement reversés à des organisations et des œuvres de bienfaisance soutenant la cause et les droits des femmes.

Knix, une marque canadienne de lingerie fondée par des femmes pour des femmes, a décidé d’aller encore plus loin.

L’enseigne a décidé de combattre l’âgisme en célébrant les femmes de plus de 50 ans afin qu’elles embrassent leur corps à toutes les étapes de leur vie. Dans sa nouvelle campagne, Knix met alors à l’honneur plus de 500 femmes, âgées de 50 à 81 ans.

La marque a également dévoilé une vidéo via les réseaux sociaux intitulée "L'âge n'a pas d'importance - Un message de Knix". Elle s'ouvre sur une femme se tenant devant une statue de marbre alors que l’on peut entendre la chanson "Confident" [Confidente en français] de Demi Lovato.

"50 est le nouveau..." puis "Qui en a quelque chose à faire", peut-on lire à l’écran.

Sont alors mises en lumière 13 femmes, âgées de 50 à 81 ans, de toutes tailles, qui dansent et rient.

Toutes semblent parfaitement à l’aise dans leur corps alors qu’elles portent des sous-vêtements Knix.

"L'inspiration pour cette vidéo est assez simple.

Pendant des années, la société a prétendu que les femmes d'un certain âge n'existaient pas.

Elles disparaissent de la publicité, en particulier dans notre catégorie de la lingerie - en 2018, Adriana Lima est devenue le plus ancien ange de Victoria's Secret à 37 ans.

Chez Knix, nous voulons donner à toutes les femmes, quel que soit leur âge, le pouvoir d'être elles-mêmes sans honte.

Pour ce faire, nous devons nous assurer qu'elles se sentent vues dans notre marketing.", a déclaré la fondatrice de la marque, Joanna Griffiths.

"Pour la journée internationale de la femme, nous avons un message pour le monde.

Nous voulons en finir avec les femmes de plus de 50 ans traitées comme si elles étaient invisibles. Les femmes de plus de 50 ans existent toujours.

Et elles sont toujours aussi sexy, confiantes et dure à cuire.

Chez Knix, nous essayons de vivre chaque journée comme si c'était la Journée internationale de la femme.

Il en a toujours été ainsi dans notre mission : nous pensons qu'il est temps que toutes les femmes vivent totalement, sans aucune excuse. Et nous disons bien TOUTES les femmes.", écrivait la marque en légende de la vidéo via Instagram.

La publication a été vue par plus de 130 000 personnes. Elle a reçu de nombreux commentaires positifs, notamment celui de l’actrice et militante des droits des femmes, Kristen Bell, qui n’a pas manqué de féliciter l’enseigne pour son initiative."

Sarah Chekroun, aufeminin.com

18/07/2020

Parcours de femme ménopausée (suite).

Chez la psy.

Il convient chez son psy de parler de ce qui nous touche, de ce qui nous tient à cœur, de ce qui émerge dans nos sensations de vie… alors :

Alice : « Je viens de découvrir que je n’aurai plus d’enfant. Je suis en ménopause. Bien sûr c’est normal à mon âge (Alice tente de rationnaliser pour rendre son propos plus recevable). Mais je ne m’y fais pas (puis elle ose dire sa sensation intime). Que ce soit ma gynéco ou ma meilleure amie, personne ne semble prendre la mesure de mon vécu. Ça aurait quand même pu être un peu plus t**d ! »

La psy : « C’est vrai, c’est un deuil à faire ».

- Une banale généralité sur le deuil échappe à la psy. -

Alice : « Naturellement, je ne pensais pas avoir d’autres enfants (Alice prend les devants pour ne pas paraître trop irrationnelle), mais tout de même. En plus au moment où ma fille est enceinte. Pour elle, elle est en plein dedans. Pour moi c’est fichu. ». (Alice montre une forte émotion et quelques larmes, plus franches que chez le médecin)

La psy : « Vous pensez que la vie s’arrête quand on ne peut plus avoir d’enfant ? ».

- Alice croit ici qu’elle est sur le point d’être entendue. -

Alice : « Ça peut paraître curieux, mais oui ! ».

La psy : « Vous savez, la maturité veut qu’on passe par différentes étapes de l’existence et cela en est une. »

- Malheureusement la psy reprend une « distance théorique » sur le sujet. -

Alice : « Oui, mais vous savez, pour moi mes enfants, c’est tout ! ».

- Alice tente de revendiquer son ressenti. –

La psy : « Je comprends que vos enfants aient de l’importance, mais il convient de couper un jour le cordon, de lâcher l’état fusionnel »

- La psy énonce ici une sorte de « loi psycho-technique » à la limite de la culpabilisation. –

Alice : (avec un peu de colère) « Mais je ne suis pas fusionnelle. J’aime tout simplement mes enfants ! L’amour n’étouffe pas. Nous avons tous besoin d’amour. ».

La psy : « Pouvez-vous vous réjouir du bonheur qu’éprouve votre fille dans sa grossesse ? ».

- La psy tente de la recentrer sur quelque chose de positif… mais aussi de l’éloigner de ses ressentis si difficiles à nommer. -

Alice : « Bien sûr que je m’en réjouis. Mais ce que je ressens, moi, qui s’en préoccupe ? ».

La psy : « Vous avez besoin que quelqu’un s’occupe de vous à cinquante ans ? ».

- Avec un soupçon de sous-entendu à propos de l’idée de maturité et d’individuation. –

Finalement, Alice doit, aussi avec sa psy, se bagarrer un peu pour être entendue. Au final elle reste seule avec son poids sur le cœur.

NB. Naturellement, toutes les consultations psy ne se déroulent pas comme ça… mais de telles expériences ne sont hélas pas si rares !

Extrait de « Ménopause – partager la réalité d’un vécu psychologique, de Thierry Tournebise

16/07/2020

Parcours de femme à la ménopause (suite).

Le thé avec Catherine.

Alice rencontre dans son amie Catherine. Elles discutent, échangent à propos de leur vie tout simplement comme le font des amies :

Alice : « Je viens de chez la gynéco. Elle vient de me confirmer mon début de ménopause ».

Catherine : « Il faut bien que ça arrive un jour ! C’est comme moi, tu sais, quand ça m’est arrivé, il y a deux ans, il a bien fallu que je m’y fasse. De toute façon tu prends des hormones et ça va mieux. C’est vrai qu’au début j’avais le blues.».

Alice : « Oui mais tout de même ça me fait drôle de me dire que je ne pourrai plus avoir d’enfant ! »

Catherine : « Tu ne voulais quand même pas en avoir un autre ? Tu en as déjà trois ! »

Alice : (décontenancée) « Ben non, je n’en voulais pas d’autre, mais ça fait quand même une drôle de sensation ».

Catherine : « De toute façon, tu sais, tu resteras la mère de tes enfants et la vie continue ! »

Alice : « Oui, mais avec mes enfants ce n’est plus pareil ! ».

Catherine : « Tu vas avoir de merveilleux petits enfants ».

En fait, Catherine croit à peine à ce qu’elle dit, mais tous les efforts qu’elle fait elle-même, pour ne pas écouter ce qu’elle ressent et la dérange trop, ne doivent pas être anéantis par les propos que lui tient son amie Alice. Aussi elle ressort les arguments « tous faits » qu’elle a elle-même reçus lors de son coup de blues, comme pour conjurer une sorte de mauvais sort.

De toute façon, Alice n’est toujours pas entendue ici, et quoi qu’elle dise, elle est renvoyée à une pseudo-réalité qui ne l’autorise pas à s’épancher sur ses ressentis. Heureusement, Alice voit régulièrement une psychothérapeute qu’elle avait commencé à consulter lors d’un épisode dépressif.

Extrait de Ménopause – partager la réalité d’un vécu psychologique, Thierry Tournebise.

Et pour vous ? Quelles réactions de vos proches, de vos amies déjà ménopausées?

14/07/2020

Parcours des femmes face à la ménopause (1) :

"Alice a 52 ans.

Elle consulte sa gynécologue.

Alice : « Ça fait plusieurs mois que je n’ai pas mes règles ».

Le médecin : « C’est probablement la pré-ménopause. Les examens nous renseigneront sur le traitement le plus adapté pour votre confort ».

- La gynécologue suit une logique médicale qui fait partie de son domaine de compétence.-

Alice : « Cela veut dire que je ne pourrai plus avoir d’enfant ? ».

- La patiente poursuit sur un tout autre registre qui échappe au médecin.-

Le médecin : (qui la suit depuis longtemps) « Vous en avez déjà trois ! ».

- La gynécologue tente maladroitement d’être rassurante. En fait, elle vient juste de nier ce qui lui a été exprimé.-

Alice : (en silence, une émotion et quelques larmes discrètes)

Le médecin : « Vous savez c’est une étape normale de la vie. Avec les hormones la médecine a les moyens de vous rendre ce passage moins pénible ».

- La gynécologue affiche son domaine de compétence, se voulant rassurante par rapport à quelque chose qu’elle connait bien.-

Alice : « Tout de même ça fait bizarre. Juste quand ma fille est enceinte ! ».

- La patiente tente une nouvelle explicitation de son ressenti, qui pour elle est la seule chose d’actualité.-

Le médecin : « Vous allez vivre le bonheur d’avoir des petits enfants. Je vous prescrit tel examen…etc. ».

- La gynécologue tente à nouveau d’évacuer ce qui est exprimé et se raccroche à son domaine médical pour proposer la meilleure prise en charge possible.-

La patiente sort de la consultation abasourdie, totalement non entendue, seule avec son émotion. Il semble y avoir comme une cloison étanche entre elle, avec ce qu’elle ressent et ce praticien qui, malgré sa volonté de bien faire et sa compétence médicale, ne l’entend pas au niveau de ce qu’elle éprouve. Pourtant ce médecin s’occupe des femmes… et est elle-même une femme.

Comme une telle attitude est habituelle, la patiente s’en désole, mais aussi s’en accommode, s’en débrouille, et garde sa peine sans sourciller.

Elle se rattrapera avec Catherine, sa meilleure amie."

Extrait de Ménopause - partager la réalité d'un vécu psychologique - Thierry Tournebise.

Et pour vous ? Comment s'est passée votre consultation avec votre gynécologue ?

Bouffées de chaleur, baisse de la libido, dépression… Les conseils de deux gynécologues sur la ménopause 02/07/2020

Bouffées de chaleur, baisse de la libido, dépression… Les conseils de deux gynécologues sur la ménopause.

https://www.franceinter.fr/vie-quotidienne/bouffees-de-chaleur-baisse-de-la-libido-depression-les-conseils-de-deux-gynecologues-sur-la-menopause

Bouffées de chaleur, baisse de la libido, dépression… Les conseils de deux gynécologues sur la ménopause Depuis le milieu du siècle dernier la ménopause est assimilée à une maladie de carence. Or ce n'est pas tout à fait ça. Il s'agit effectivement de la fin des ovaires et de la sécrétion des hormones ovariennes, mais ce n'est pas la fin de tout !

01/07/2020

LA MÉNOPAUSE EST-ELLE UNE CONSTRUCTION SOCIALE ?
C'est la question que se pose Cécile Charlap, dans La Fabrique de la ménopause, paru l'année dernière.
On y découvre que, si la ménopause est universelle, elle est vécue différemment selon les cultures.

"Dans la société française contemporaine, la ménopause apparaît comme une étape-clé du vieillissement des femmes, souvent vécue avec angoisse, et prise en charge par la médecine.
L’on pourrait penser que c’est une façon universelle de considérer un événement qui, après tout, l’est aussi.
Il n’en est rien.
Selon les sociétés, la cessation des menstruations peut être un accroissement des possibles et des pouvoirs, l’avènement d’une sexualité enfin libérée de la fertilité, ou même un non-événement, ne faisant pas l’objet d’une attention particulière, au point qu’il n’existe pas de mot pour le désigner.
Ce livre offre un point de vue original, celui des sciences sociales, d’autant plus précieux que les représentations de la ménopause se nourrissent presque exclusivement des discours médicaux, qui la considèrent comme une carence, associée à un ensemble de troubles et de risques.
Le phénomène naturel devient alors une « maladie » qu’il faut traiter.
Face à ce discours « savant » alarmiste, les expériences des femmes apparaissent plurielles et les liens sociaux se révèlent aussi importants que le vécu corporel.

Une belle enquête sur un sujet tabou."

Opening Hours

Monday 09:00 - 17:00
Tuesday 09:00 - 17:00
Wednesday 09:00 - 17:00
Thursday 09:00 - 17:00
Friday 09:00 - 17:00