Le Soufisme

Le Soufisme

Le soufisme constitue le coeur de la tradition islamique inaugurée par le Prophète ( PSL) . Tu dis vrai ! dit l’homme. Là-dessus l’homme s’en fut.

˙·٠•●♥ L’Imâm Al-Junayd - que Dieu lui fasse miséricorde - dit : « Le soufisme consiste à s’approprier tout caractère noble et à se défaire de tout caractère vil.» ♥●•٠·˙ Il vise à l’accomplissement de l’homme sur cette terre, dans le cadre de la religion révélée : l’Islam. L’enseignement spirituel à l’aide d’un guide est une tradition prophétique. Le Prophète (PSL) qui a été le guide spirituel p

Empowering Gaza: Help a Doctor Make a Difference, organized by Ayda Nasr Mohamed 28/02/2024

https://www.gofundme.com/f/empowering-gaza-help-a-doctor-make-a-difference/share/instagram/select/post

Empowering Gaza: Help a Doctor Make a Difference, organized by Ayda Nasr Mohamed My name is Ayda, and I am a doctor from Gaza. Over the years, I've … Ayda Nasr Mohamed needs your support for Empowering Gaza: Help a Doctor Make a Difference

01/01/2024

Chères et chers,

Je vous souhaite la fougue que Victor Hugo adressait à Gavroche dans ces lignes :

« tenter, braver, persister, persévérer, être fidèle à soi-même, prendre corps à corps le destin, étonner la catastrophe par le peu de peur qu’elle nous fait, tantôt affronter la puissance injuste, tantôt insulter la victoire ivre, tenir bon, tenir tête ; voilà l’exemple dont les peuples ont besoin, et la lumière qui les électrise ».

Photos from Le Soufisme's post 10/12/2023

Grève mondiale pour Gaza

19/11/2023
27/10/2023

"Les sept subtilités du soufisme "

Les sept subtilités (Al-ATAIF AS-SABAA) son les organes psycospirituelsou,les facultés de perception sensorielle et suprasenssible en psychologie soufis.

1-le premier centre subtil (latifa)est appelé QLB, le cœur situé à deux largeurs de doigts sous le sein gauche. Sa "lumière "est "jaune" le maqam (station) correspondant est céleste Adam (sens de la terre) sa qualité est la repentance (maqamat at-tai'bûn).

2- le second centre subtil, latifa est appelé RUH, deux largeurs de doigts sous le sein droit, vers la poitrine. Sa "lumière"est "rouge" le maqam correspond est celui de Noé (mémoire de l'eau), la qualité est la persévérance qui permet de survivre au flots de la passion.

3- le troisième centre subtil, Latifa es le SIRR, deux largeurs de doigts au dessus du sein gauche. Sa "lumière" est "blanche". Le maqam correspond a celui de conjoint de Abraham et Moïse (les deux maîtres du feu selon le coran), l'autorité spirituelle, la force de ce dressé pour la vérité.

4- le quatrième centre subtil Latifa est KHAFI et symboliquement placé à deux doigts au dessus du sein droit, vers la poitrine sa "lumière" est "verte". Le maqam correspondant est celui de Issa (Jésus). Maître du souffle et de la vie. Maqam as Sa'run, selon le coran.

5- Le cinquième Latifa est AKHFA situé symboliquement au milieu de la poitrine. Sa "lumière" est "noire" (le mystère du non manifesté). Le maqam correspondant est celui de de Muhammad (SAW).

6- Le sixième Latifa est situé entre les yeux NAFS il correspond au maqam du maître (Rabb) des maîtres (les anbyas) c'est le lieu ou l'on rencontre son âme selon les hadiths (man'arafa nafssahu rabbahu).

7- le septième centre subtil SULTAN AD-DIKR es symboliquement situé au sommet du crâne. Il correspond au maqam indiqué dans le coran par 《alhafizun li li hudud allah》

C'est la totalité des cellules du corps qui vibre dans ce DHIKR c'est la; avec la sensation que l'ensemble des créatures et choses du monde, se parlent dans un langage interactif ou tout est amour et louanges.

11/07/2023

‏تفائل فالصبح يأتي مشرقاً
‏من بعد ليل مظـلم القسـمات
‏والله يرزقــك فلا تـك يائسـاً
‏لاتُذهـبنّ العــمر في حســرات
‏كن واثقا،كن مؤمنا،گن أمناً
‏كن لـينا ، كـن دائـم البسـمات
‏كن كشذا العطر المعطر غيره
‏كن شعلة الإيمان في الظلمات

الإمام علي عليه السلام

Islam: l'âme éternelle | Illustré 10/06/2023

Islam: l'âme éternelle | Illustré «Le travail d’une vie, c’est la discipline consistant à prendre soin de son âme pour qu’après la mort, quand elle va continuer son chemin dans l’immortalité,

15/01/2023

Il y avait un homme, qui chaque nuit, mangeait des friandises en invoquant le nom de Dieu. Un jour, Satan lui dit : "Ô homme sans dignité, tais-toi ! Jusqu'à quand répéteras-tu le nom de Dieu? Tu vois bien qu'il ne te répond pas !".

L'homme eut le coeur brisé par ces paroles et ce fut dans cet état d'esprit qu'il tomba dans le sommeil. Il fit alors un rêve et vit Elie qui lui disait :
"Pourquoi as-tu cessé de répéter le nom de Dieu ?" L'homme répondit : "C'est parce que je n'ai eu aucune réponse et j'ai craint qu'il ne m'ait chassé de sa porte !"

Elie dit alors : "Dieu nous dit : "C'est parce que j'ai accepté ta prière que je continue à t'entretenir dans cette préoccupation". Ta crainte et ton amour sont des prétextes pour entretenir ton intimité avec Dieu. Le seul fait que tu continues à prier t'annonce que tes prières sont acceptées.

Rumi

14/01/2023
Le voile n’est pas récent, il remonte à la nuit des temps 29/12/2022

Le voile n’est pas récent, il remonte à la nuit des temps Le voile n’est pas l’apanage des femmes musulmanes. La première loi imposant cet accessoire vestimentaire remonte à l’époque mésopotamienne, il y a 5 000 ans environ, selon la...

Ruhani Qalb on Instagram‎: "The Prophet ﷺ repeated the following statement three times: "The zealots (extremists) will perish." (Sahih Muslim) Imam al-Nawawi writes that the zealots (mutanatti’un) mentioned in this prophetic tradition (Hadith). 14/11/2022

Ruhani Qalb on Instagram‎: "The Prophet ﷺ repeated the following statement three times: "The zealots (extremists) will perish." (Sahih Muslim) Imam al-Nawawi writes that the zealots (mutanatti’un) mentioned in this prophetic tradition (Hadith). Ruhani Qalb shared a post on Instagram: "‎The Prophet ﷺ repeated the following statement three times: "The zealots (extremists) will perish." (Sahih Muslim) Imam al-Nawawi writes that the zealots (mutanatti’un) mentioned in this prophetic tradition (Hadith) refer to those people who cross limi...

En Tunisie, la Kharja des maîtres soufis renaît à Sidi Bou Saïd 13/08/2022

En Tunisie, la Kharja des maîtres soufis renaît à Sidi Bou Saïd Après la révolution de 2011, les attentats islamistes puis la pandémie de Covid-19 ont menacé de disparition ce patrimoine immatériel d’un islam contemplatif.

10/08/2022

Prier ALlāh en Louisiane

Cette peinture de Safialatifpaintings montre un esclave noir et musulman invoquant ALlāh sur le terrain de son maître aux États-Unis. Entre 20 et 30 % des hommes et femmes achetés sur les côtes de l'Afrique de l'ouest pour servir en esclave aux Amériques professaient l'islam. Si la plupart a été convertie de force au christianisme, certains avaient pu conserver leur religion et avaient été laissés libres de pratiquer leurs rites. Éduqués, sachant lire et écrire l'arabe, ils suscitaient l'étonnement des blancs, parfois la crainte.

Retrouvez nos r***es et ouvrages sur www.sarrazins.fr

Site de Safia Latif : https://www.safialatif.com/info

05/08/2022

Se soigner comme le Prophète ﷺ

« (...) S’il y a bien une pratique de la médecine prophétique reconnue par un plus large public, c’est al­-ḥijāma (ou saignée). Alors que cette méthode thérapeutique ancestrale est née bien avant l’ère musulmane en Chine et en Grèce, les Arabes l’adoptent et vont l’utiliser en tant que remède miraculeux. Elle a été également pratiquée par Hippocrate et Galien, mais aussi par les Chinois, nous l’avons vu, comme thérapie des maladies internes depuis des millénaires. Al­-Zahrāwī, connu sous le nom d’Albucasis, célèbre chirurgien cordouan du 5e siècle hégirien (11e siècle G), vante les bienfaits de la ḥijāma à travers son illustre en­cyclopédie médico­chirurgicale de trente volumes, al­-Taṣrīf liman ʿajiza ʿan al-­taʾālīf (La méthode en médecine).(...) Le Prophète Muḥammad (pssl) a approuvé, pratiqué et conseillé l’usage de cette technique thérapeutique. À ce pro­pos, Il (pssl) explique que : « Les meilleurs traitements des maladies que vous pouvez utiliser sont les verres à ventouses et l’encens indien. » Al­ḥijāma, issu du mot « hajm », en arabe, renvoie à la succion et fait référence à l’extraction du sang par des incisions via l’utilisation de ventouses. Cette pratique per­met l’évacuation de substances toxiques nocives par la création de petites entailles au niveau des veines superficielles. Les vent­ouses sont donc appliquées et la saignée em­ployée pour venir à bout des céphalées, des douleurs musculaires, des fractures, des ec­chymoses sévères, de l’empoisonnement not­amment. (...) Dès que l’écoulement du sang cesse, l’opération s’achève. Le Prophète Muḥammad (pssl) re­ commandait de recouvrir l’endroit blessé par du miel d’abeille ou de l’huile de nigelle pour leurs bienfaits désinfectants et cicatrisants. (...) La nigelle – al-­habba as­sawdāʾ en arabe –, quant à elle, est l’une des plantes médicinales les plus couramment utilisées dès le com­mencement de l’ère musulmane. Ses graines noires sont connues pour leurs propriétés thérapeutiques. Le conseil Prophétique (pssl) sur la graine de nigelle en fait un remède prodigieux : « C’est le remède qui guérit de toutes les maladies, excepté la mort. » (...) »

Ceci est un extrait. Retrouvez l'intégralité de cet article dans le N°9 de notre r***e, en vente sur www.sarrazins.fr

05/08/2022

" Une colère incontrôlable engendre la peur, une gentillesse inopportune détruit la crainte. Ne sois pas dur au point que les gens aient trop peur de toi, et ne soit pas gentil au point qu'ils perdent toute crainte de toi. Concilie la dureté et la douceur, soit comme celui qui fait des saignées, à la fois chirurgien et penseur. Un Sage ne montre ni dureté ni douceur qui pourrait diminuer sa dignité. Il n'est ni au-delà de l'atteinte des hommes ni plus bas que la condition du plus humble."O Sage" dit un garçon berger à son père, "donne-moi un conseil de père" Le père dit : Sois doux, mais pas au point que le loup puisse s'enhardir. "

SAADI

SARRAZINS 04/08/2022

L'ādāb, une science, des savants

« (...) Descendant d'esclave et vendeur de poissons à la sauvette, al-Jāḥiẓ était devenu après quelque 25 années d'études, le plus grand polymathe et auteur d'ādāb de son temps. Fort apprécié par le calife abbasside al-Ma’mūn, celui-ci avait failli lui confier ses enfants, avant de renoncer, de peur dit-on, que ses yeux exorbitants n’effraient sa progéniture. « L’ādāb, c’est prendre un peu de chaque chose » disait-il. On lui attribue la rédaction de près de 200 livres, touchant tant à la zoologie, à la rhétorique, à l’ethnographie qu’à l’ādāb, allant jusqu’à rédiger des œuvres uniques en leur genre tel son Épître sur les esclaves chanteuses ou un Livre des avares (Kitāb al-­bukhāla) vantant sous forme de belles-lettres la générosité des Arabes. Certains feront date, tel son Kitāb al­-Ḥayawān (Livre des animaux), où, en plus de recenser les divers animaux connus, l'auteur offre une véritable étude comportementale de ces derniers, introduisant même certaines observations évolutionnistes avant l'heure. Le genre atteint alors son apogée avec Ibn Qutayba. Élève d’al-Jāḥiẓ, il est repéré par les autorités de Bagdad qui le présentent au calife d’alors, al-Muttawakil. Nous sommes en 231H (846G) et le calife vient de mettre fin à l’inquisition mu’tazilite qui depuis trois décennies traquait les traditionnistes et acteurs de l’orthodoxie sunnite de Bagdad à Kairouan. Car il est un hanbalite et un savant du Ḥadīth connu pour son attache à la lettre du Qur'ān, Ibn Qutayba est le portrait type de l'érudit dont a besoin le calife près de lui. Devenu son secrétaire, il enchaîne alors les œuvres les plus diverses, dans les sciences religieuses, mais aussi et surtout dans le genre de l'ādāb. Dans son ādāb al­-khātib, sorte de manuel de philologie qui allait atterrir sur le bureau de toutes les administrations, Ibn Qutayba fait mention des différentes règles à adopter pour toute personne désireuse de se tourner vers l’écriture. Le polymathe médiéval Ibn Khaldūn fera d’ailleurs mention de cet ouvrage dans sa Muqaddima comme le premier à étudier en ce sens. Dans 'Uyūn al-­akhbār, monumentale œuvre du genre, l'auteur fait place à l’ādāb encyclopédique. Il y parle de la guerre, de l'amitié, du pouvoir, mais aussi du bien manger et du bien parler. Auteur d'un ouvrage juridique sur les boissons, Ibn Qutayba s'était même lancé dans une exégèse philologique du Qur'ān (...) »

Ceci est un extrait. Retrouvez l'intégralité de cet article dans le N°2 de la r***e, sur www.sarrazins.fr

SARRAZINS

30/07/2022

«...Les Soufis sont sans livres, sans études, sans érudition.
Mais ils ont poli leur cœur !
L’ont purifié du désir, de la cupidité, de l’avarice et de la haine. Cette pureté du miroir est certes le cœur reflétant toutes images, L’entendement ici devient silence pour n’induire erreur,
Car le cœur est Avec Dieu, ou plutôt le cœur est Lui.
Ceux au cœur poli ont échappé aux parfums et aux couleurs.
Ils contemplent la beauté de chaque instant,
Ils ont abandonné la forme et l’écorce du savoir,
Ils ont tenu l’essence dans l’océan de la connaissance mystique. »

Rumi

30/07/2022

« Ainsi l'être humain est une auberge.
Chaque matin, un nouvel arrivant.
Une joie, un découragement, une méchanceté,
une conscience passagère se présente,
comme un hôte qu'on n'attendait pas.

Accueille-les tous de bon cœur !
Même si c'est une foule de chagrins
qui saccage tout dans ta maison,
et la vide de ses meubles,
traite chaque invité avec honneur.
Il fait peut-être de la place en toi pour de nouveaux plaisirs.

L'idée noire, la honte, la malice,
accueille-les à ta porte avec le sourire
et invite-les à entrer.

Soit reconnaissant à tous ceux qui viennent
car chacun est un guide
qui t'est envoyé de l'au-delà.

Rumi

25/07/2022

« A qui fait le bien offre tes compliments
toujours avec joie et avec gratitude
pour qui fait le mal n’aie aucune inquiétude
Dieu se chargera de régler son destin »

SIDI ABDERRAHMAN ELMAJDOUB

16/07/2022

« CELUI QUI AIME UNE CHOSE L’ÉVOQUE À TOUT PROPOS ».

« On raconte qu’un jour devant elle [Râbi‘a], ses visiteurs se mirent en devoir de critiquer abondamment ce bas-monde. Elle les écouta patiemment, puis dit : « Le Prophète, que la prière et le salut de Dieu soient sur lui, énonça : “Celui qui aime une chose l’évoque à tout propos.” L’intérêt que vous portez au monde ne témoigne pas en faveur du dégoût que vous prétendez qu’il vous inspire. Car si vous n’étiez tellement obsédés par lui, il ne retiendrait même pas votre attention. » »

Salah Stétié, Râbi’a de feu et de larmes.

15/07/2022

« Le désespoir est un péché: la grâce et les bienfaits du Créateur sont infinis.
Il ne convient pas de désespérer d'un tel Bienfaiteur : accroche-toi à l'étrier de cette Miséricorde.
Oh, bien des malheurs furent durs à supporter au début, mais ensuite ils furent soulagés, et la souffrance disparût.
Après le désespoir, il y a beaucoup d'espoirs ; après l'obscurité, il y a bien des soleils. »

Rûmi

15/07/2022

“Ne reste que parmi les amoureux, des autres éloigne-toi.
Bien que ta flamme embrase le monde,
Le feu meurt par la compagnie des cendres.”

Rûmi

02/07/2022

— De la méditation —

« Tu dois avoir un wird de méditation durant chaque jour et nuit, pour lequel tu dois t'isoler une heure ou plus. Le meilleur moment pour méditer, c'est lorsque les préoccupations et les soucis sont les moindres, et où la capacité du coeur à être présent est la plus grande, par exemple dans les profondeurs de la nuit. Sache que la situation des affaires religieuses et mondaines de quelqu'un dépend de la justesse de sa méditation. Quiconque s'en est vu donner une part possède une part abondante de tout ce qui est bon. On a dit : « Une heure de méditation vaut mieux qu'une année d'adoration. » `Alî, que Dieu ennoblisse son visage, a dit : « Il n'y a pas d'adoration qui vaille la méditation. ».
Et un connaissant, que Dieu l'ait en Sa miséricorde, a dit : « La méditation est la lampe du cœur ; si elle s'en va, le cœur reste sans lumière. » ».

— Imam al-Haddâd, Le Livre de l'aide du soutien et de l'encouragement pour les croyants qui désirent suivre la voie vers l'au-delà, Albouraq Editions دار البراق.

21/06/2022

L’âme en Islam

Il nous faut d’abord déconstruire linguistiquement parlant “Nafs” et “Rûh” qu’on appelle indistinctement et faussement “âme”.

Même les Arabes ont fini par s’emmêler les pinceaux!

Contrairement à ce qui est constaté dans la Bible travestie qui fausse notre compréhension en tant que Latins et plus généralement en tant que Modernes, la langue coranique distingue nafs « souffle vital », « âme végétative » et rûḥ « esprit de vie », « âme spirituelle ».

Ici-bas, on éduque l’âme végétative, pour le dire clairement, l’âme responsable au Jour du Jugement. L’âme spirituelle est, en effet, libre de notre entité, de notre « moi ».

Partant, les sept degrés de la Nafs, l’âme végétative, l’âme responsable de nos actions sont, selon la hiérarchie suivante, que l’on retrouve dans différents traités du soufisme et notamment dans les «fuyûdât ar rabbâniya» du Shaykh Abd al Qâdir al Jilânî :

1. L’âme despotique (an nafs al ammâra) : «Je ne cherche pas à m’innocenter car c’est le propre de l’âme d’inciter (ammâra) au mal, à moins qu’elle ne soit touchée par la grâce de Dieu...» (Cor. 12/53). Ce degré de conscience (ou plutôt ici d’inconscience) se caractérise par certains attributs psychologiques : la cupidité, la négligence, l’arrogance, la recherche de la célébrité, l’envie et l’inconscience.

2. L’âme «qui se blâme» ou admonestatrice (an nafs al lawwâma) : «Non !... Je jure par l’âme qui admoneste» (Cor. 75/2). Elle est décrite ainsi : le blâme, ressasser des pensées d’une façon incessante (fikr), l’esprit de contradiction, la tendance à déprimer et d’une façon qui peut sembler paradoxale un certain narcissisme (‘ujb).

3. L’âme inspirée (an nafs al mulhama) : «Par une âme ! – Comme Il l’a modelée en lui inspirant [ce qu’est] son libertinage et sa piété» (Cor.91/7). Dont les qualités sont les suivantes (sans les citer ici dans une hiérarchie particulière) : la science, le détachement, le contentement, l’humilité, la dévotion, le retour à Dieu, la patience, l’endurance et l’acquittement de ses engagements.

4. L’âme apaisée (an nafs al mutma’inna) : «Ô toi ! âme apaisée ! retourne vers ton Seigneur agréante et agréée» (Cor.59/27-28). Dont les vertus spirituelles sont la sagesse, la générosité et le don de soi, l’abandon intérieur et la reconnaissance des dons divins.
5. L’âme satisfaite [de Dieu] (an nafs ar râdiya), citée dans le verset précédent, caractérisée par le scrupule spirituel (wara’), la loyauté, le renoncement (tirk), la sincérité ou la libération de tout ce qui est autre que Dieu (ikhlâs), le sentiment de plénitude.

6. L’âme agréée (an nafs al mardiya), citée également dans le verset précédent. Elle se distingue par la proximité de Dieu, la noblesse de caractère, la délicatesse (lutf), une attitude compassionnelle envers toute la création et une méditation continuelle sur la Magnificence divine.

7. L’âme accomplie (an nafs al kâmila) qui est l’accomplissement et la synthèse de l’ensemble des qualités précédentes. Pour les soufis, c’est à celle-ci que fait référence le hadîth prophétique : «J’ai été envoyé pour parfaire la noblesse du comportement (ou des vertus)». Dans cette perspective, elle exprime le modèle
«Muhammadien» : «Vous avez dans l’Envoyé de Dieu un beau modèle pour quiconque espère en Dieu, en le jour dernier et invoque Dieu très souvent» (Cor. 33/21). Et, parlant du Prophète (PLS) : «Tu es vraiment d’une grande noblesse de caractère» (Cor. 68/4). Ainsi que le verset suivant : «Nous ne T’avons envoyé que comme une Miséricorde pour les univers» (Cor. 21/107).

Il faut cependant noter que ce cheminement de l’âme, qui se réalise le long de ces états de conscience, s’exprime aussi en degrés de connaissance et donc par une capacité d’intellection ou d’intelligence de plus en plus affinée et élevée de l’appréhension du réel. Celui-ci étant considéré dans tous les aspects de ses manifestations, matérielles
et spirituelles.

Et Dieu est plus Savant.

11/06/2022

— 4 piliers —


La réalisation spirituelle est cet instant qualitatif où tout est replié — l'espace et le temps — c'est l'instant d'éternité et de verticalité pure (Yawm al-Qiyyamah).

Les conditions de cet « état » de repli peuvent être recréées dans le cadre d'un cheminement initiatique à travers le rite fondamental que constitue la khalwa. La khalwa qui symbolise la grotte et le chaos primordial où tout se forme ; elle est à l'image de la cosmogonie universelle.

En d'autres termes, un initié est créé de la même façon que l'univers est créé. C'est ainsi que les quatre disciplines que sont le jeûne, la veille, le silence et la solitude sont les quatre piliers de la khalwa (que Muhiyddîn ibn Arabî rapporte dans « La Parure des Abdâl ») et qui constituent littéralement les piliers qui portent le cosmos contenu au cœur de l'initié.

On peut retrouver ce symbolisme à travers les quatre éléments, les quatre points cardinaux, les quatre awtad de la hiérarchie initiatique, les quatre épouses ou encore la quadrature de la Kaaba ; tant de symboles qui expriment l'idée de support et de stabilité.

Dans le passage qui suit cette petite note introductive, le cheikh Sidi Ibrahim Niass nous en parle à travers une autre perspective.


— D'une Rive à l'autre.

-------------------------------------------------------------------

« L’être humain a quatre ennemis : le bas-monde, Satan, l'égo et la passion (al-hawa). Chaque ennemi possède une force et une faiblesse.

- Le bas Monde: sa force est la foule et sa faiblesse est l'isolement.
- Satan: sa force est le bavardage et sa faiblesse est le silence.
- L’égo : sa force est la satiété et sa faiblesse est la faim.
- La passion: sa force est l'excès de sommeil et sa faiblesse est la veille.

L'être Humain trouvera son salut dans : la faim, la veille, le silence et l'isolement. Si l’être humain se purifie de certains comportements comme les plaisirs charnels, la gourmandise, la vanité, les parures et la cupidité, il rentre dans les secrets de l’univers, il découvre les archétypes des cieux et des planètes.

L’être humain est conçu à partir de quatre éléments : l’eau, la terre, l’air et le feu.
L’eau et la terre sont la source de la cupidité et l’avarice.
L’air et le feu sont la source de la colère et des pulsions de plaisir.
La colère s’est alliée avec l’envie, l’avarice s’est alliée avec la rancune,
la cupidité s’est alliée avec l’orgueil.

Quant au plaisir, il n’a pas un allié spécifique mais plusieurs, comme une femme de mauvaise mœurs qui fréquentent beaucoup d’hommes.

Ces sept entités que sont : la cupidité et sa partenaire l’envie ; l’avarice et sa partenaire la rancune ; la colère et sa partenaire l’orgueil, et le plaisir et ses innombrables partenaires sont les sept portes de l’enfer. Tout celui qui fait des efforts pour se purifier de ces vices, à savoir : la cupidité, l’avarice, l’envie, la rancune, la colère, l’orgueil et les plaisirs charnels s’éloignera de l’enfer tel que décrit dans ce verset coranique : « il (l’enfer) a sept portes et chaque porte a une partie divisée ».

— Cheikh Ibrahima Niass.

Website