Opsilog

Opsilog

Commentaires

Bonjour
Je me sers de vos logiciels depuis septembre 2011, j'ai changé plusieurs fois de matériels et vos services ont toujours été là pour me donner entière satisfaction.
Pendant cette période troublée vous êtes disponible, même le jour férié dernier.
Je souhaitais vous remercier du sérieux de vos services, c'est très appréciable.
Bonne soirée et bonne continuation.
Vraiment le logiciel qui me fallait avec un suivi sans faille. Je le conseille vivement aux professionnels de la route.👍
pour ma par l'assistance je lui met 0/20 je n'arrive pas a les joindre
Bonjour a tous !!
je cherche des avis favorable ou non !! sur le logiciel opsilog avant d'investir 143€ (achat+frais de port)
je compte sur votre sincérité
merci

OPSILOG, spécialiste du traitement des archives de conducteurs, propose depuis 8 ans des logiciels d'analyse des temps aux entreprises de transports.

Cette expérience est mise à profit pour les conducteurs à travers le logiciel SimpleDriver.

Fonctionnement normal

11/05/2020

SDIntérim

Vous êtes intérimaires ?
Vous n'en pouvez plus de retourner chaque fin de mois à l'agence pour faire lire votre carte conducteur ?
Votre agence a du mal à collecter vos données ?

Opsilog a développé une application pour vous faire gagner du temps à vous et à votre agence.
SDIntérim permet d'envoyer par mail les données de votre carte à votre agence.
Un lecteur, un cordon, un smartphone, 1 minute et c'est fait.
Bonus : vous pourrez visualiser votre journée directement depuis votre smartphone - gratuitement !

Parlez-en à votre agence !
Appelez nous au 0 953 80 71 78

16/03/2020

SDMobile vidéo d'explication sur le rapport d'heure

Cette vidéo est le début d'une série de courtes vidéos concernant l'utilisation de l'application pour conducteur routier SDMobile.

12/03/2020

Vidéo de présentation SDMobile

Parcours rapide de l'application, de nouvelles vidéos d'utilisation de l'application suivront.

opsilog.fr 20/12/2019

Pack SDmobile Fidélité - Opsilog

Retrouvez toutes les infos sur le site opsilog.fr
Cliquez sur le lien :
https://opsilog.fr/home/101-pack-sdmobile-standard.html

opsilog.fr Uniquement valable pour les clients ayant fait l'acquisition d'une licence SimpleDriver.Livraison gratuite !Important : choisissez votre adaptateur (voir ci-dessous). SDmobile est une application connectée - conçu pour permettre au conducteur routier de lire sa carte conducteur depuis son smartpho...

20/12/2019

SimpleDriver arrive dans votre SMARTPHONE !!!

Pour nos clients fidèles, une offre immanquable :
49 € ttc (port compris)

SDMobile sait tout faire : lire votre carte, décompter vos heures, contrôler vos infractions, calculer vos frais de route ... et même imprimer des rapports en PDF et sauvegarder vos anciennes archives (plus de perte de données)

Cette offre comprend :
+ SDMobile sur votre smartphone
+ module de calcul de frais sur smartphone
+ adaptateur lecteur de carte

Pour nos clients fidèles, une offre immanquable :
49 € ttc (port compris).

17/10/2019

Les radars peuvent désormais traquer les conducteurs sans assurance.

Qu’ils soient maniés par les forces de l’ordre sur le bord des routes ou automatiques, ces appareils peuvent désormais repérer les conducteurs roulant sans assurance. Gare aux amendes. Elles promettent d’être salées.
Partout en France, les forces de l’ordre disposent, à partir d'aujourd'hui, d’une nouvelle arme contre les automobilistes roulant sans le macaron vert collé sur le pare-brise : le fichier des véhicules assurés, faisant « parler » les plaques d’immatriculation.
Par une simple lecture de cette plaque lors d’un contrôle routier ou d’une verbalisation par radar automatique, policiers et gendarmes peuvent savoir si tel ou tel véhicule est assuré ou non. Gare aux contrevenants !

Explications.

Qu’est-ce que le Fichier des véhicules assurés ?

Introduit par la loi de modernisation de la justice du 18 novembre 2016 et établi avec les sociétés d’assurance, ce fichier contient les informations relatives aux contrats d’assurance souscrits par les particuliers : immatriculation du véhicule, nom de l’assureur, numéro du contrat avec sa période de validité…
Testé d’abord à Paris et en région parisienne, ce fichier est désormais étendu à l’ensemble de l’Hexagone, « après un travail de vérification de sa fiabilité », explique la Délégation interministérielle à la sécurité routière.
Si un véhicule est flashé par un radar automatique pour une infraction d'excès de vitesse ou de franchissement de feu, le fichier des assurances est systématiquement consulté.

En quoi ce fichier simplifie-t-il le travail des forces de l’ordre ?

En cas d’interception d’un conducteur par les gendarmes ou les policiers, le fichier permet de vérifier immédiatement l’assurance ou la non-assurance du véhicule.
Si un véhicule est flashé par un radar automatique pour une infraction d’excès de vitesse ou de franchissement de feu, et qu’un avis de contravention est envoyé à son propriétaire après les vérifications d’usage, le fichier est systématiquement consulté aussi.
Les fausses vignettes ne passent donc plus inaperçues, ni même l’argument d’une attestation en cours de renouvellement.

Que risque un automobiliste conduisant sans assurance ?

Dans un premier temps, « dans un souci de prévention », rappelle la Délégation interministérielle à la sécurité routière, tout propriétaire d’un véhicule flashé par radar automatique, pour lequel il aura été constaté une absence d’assurance, recevra un courrier l’invitant à régulariser sa situation au plus vite.
Cette lettre indiquera également les poursuites auxquelles le délinquant (la non-assurance est un délit) s’expose. « Lorsqu’il sera jugé opportun de mettre fin à cette opération de prévention, les propriétaires des véhicules non assurés recevront, à la suite de l’avis de contravention pour l’excès de vitesse ou le franchissement de feu, un avis d’amende forfaitaire délictuelle. »
De leurs côtés, sur le bord des routes, les forces de l’ordre peuvent également appliquer une tolérance de quelques jours. Mais pas au-delà.

Quel est le montant de l’amende ?

Le défaut d’assurance pourra être puni d’une amende forfaitaire de 500 € (minorée à 400 € pour un règlement dans les 15 jours ou majorée à 1 000 € au bout de 45 jours), lors de la première constatation de l’infraction.

« En cas de réitération du comportement », la réponse pénale sera plus sévère, puisque la procédure sera orientée vers un tribunal. Sa décision sera inscrite au casier judiciaire. Commis en état de récidive, le délit de conduite sans assurance est puni d’une peine d’amende pouvant aller jusqu’à 7 500 €, assortie de peines complémentaires telles que l’annulation du permis de conduire avec interdiction de le repasser, et la confiscation du véhicule.
Source : ouest-france.fr

11/10/2019

SDmobile bientôt disponible

Avant la fin 2019, Opsilog commercialisera une application smartphone pour les conducteurs !

11/10/2019

Concurrence déloyale dans les transports routiers : trois types d'infractions relevées.

"Une entreprise qui ne respecte pas les différentes réglementations est forcément en concurrence déloyale. On en voit de plus en plus", précise Laetitia Janson, chef du département régulation des transports à la Dreal. Explication du phénomène.

Le cabotage

Le cabotage concerne le transport de marchandises entre deux points du territoire français, effectué par une entreprise non résidente. Très réglementée, la pratique n'est pourtant peu respectée. "Les camions étrangers ont le droit de faire trois livraisons sur le territoire français dans un délai de sept jours, après déchargement de la première marchandise venue de l'étranger", détaille Laetitia Janson. Le cabotage doit donc se faire dans le prolongement d'un trajet international.

Grâce à une carte magnétique et des documents, la Dreal peut retracer tous les parcours effectués par le chauffeur. "Ils doivent renseigner le lieu de départ et d'arrivée. Donc on s'en aperçoit facilement lorsqu'ils fraudent", note Antoine Tchissambo, contrôleur. Le non-respect de cette obligation est un délit, et peut être sanctionné d'une amende de 15.000 euros.

Les temps de repos

Les chauffeurs poids lourds sont soumis à des règles bien précises. Ils doivent respecter une pause d'au moins 45 minutes toutes les 4h30, et ne peuvent pas conduire plus de neuf heures par jour. Au-delà de ce délai, le conducteur doit prendre un repos d'au moins 11 heures consécutives quotidiennement.
Par semaine, il doit s'accorder un repos de 45 heures consécutives, à effectuer hors de son camion. Mais là encore, ces règles sont peu considérées. "Ce sont les infractions les plus fréquentes et facilement détectables. Tous les poids lourds sont munis d'un chronotachygraphe, qui enregistre les temps de conduite et de repos", fait valoir Laetitia Janson. Cette contravention de quatrième classe peut être sanctionnée d'une amende de 750 euros.

La rémunération

Autre fléau, la rémunération des chauffeurs. Nombreux sont les conducteurs étrangers à livrer sur le territoire français pour un salaire de misère.

"Un chauffeur polonais, bulgare ou slovaque est largement moins bien payé qu'un chauffeur français, explique la représentante de la Dreal. C'est pour cela qu'ils essaient de s'implanter localement. Nous, notre rôle est de lutter contre le travail illégal. Un chauffeur étranger doit avoir une attestation de son employeur qui confirme qu'il sera payé au salaire minimum français."

Sur 15 véhicules contrôlées dans la matinée, 25 infractions ont été relevées, principalement liées au non respect des temps de repos et du code de la route.

Source : lyonne.fr

18/07/2019

Smartphone au volant... Danger !

Une disposition de la future loi mobilités prévoit le retrait du permis en cas d’usage du téléphone au volant lors d’une infraction.

Avec la nouvelle loi Mobilités, dont l’étude du texte a été repoussée à la rentrée par la commission mixte paritaire, l’usage du téléphone portable au volant pourrait valoir une suspension du permis de conduire. Une disposition prévoit en effet un retrait de permis pour les conducteurs qui auraient utilisé leur téléphone sur la route tout en commettant en même temps une seconde infraction. Lundi 8 juillet, le gouvernement a annoncé un durcissement de la législation.

"Puisque ça ne marche pas avec la contravention, on va monter d’une gamme. Si vous êtes en même temps avec le téléphone et que vous avez glissé un stop, mordu une ligne blanche, fait un excès de vitesse ou que vous n’avez pas respecté les droits d’un piéton, vous risquez la suspension immédiate du permis de conduire par les forces de l’ordre”, a indiqué Emmanuel Barbe, délégué interministériel à la sécurité routière au micro d’Europe 1.
Même en situation “d’arrêt”

Pour l’instant, utiliser son téléphone portable au volant est puni d'une infraction punie de 135 € d'amende et trois points sur le permis. Le fait d’utiliser une oreillette n’y change rien : les seuls dispositifs légaux autorisés sont les kits mains libres intégrés au véhicule avec un système de haut-parleurs. Les sanctions s’appliquent pour les véhicules “en circulation”, ce qui inclut les arrêts au feu rouge ou derrière les barrières de péage, ou encore les ralentissements sur la route.

De même, les conducteurs ne peuvent pas appeler lorsqu’ils sont en situation “d’arrêt” défini par l'article R. 110-2 du code de la route et qui s'entend comme "l'immobilisation momentanée d'un véhicule sur une route durant le temps nécessaire pour permettre la montée ou la descente de personnes, le chargement ou le déchargement du véhicule, le conducteur restant aux commandes de celui-ci ou à proximité pour pouvoir, le cas échéant, le déplacer”.
83 % des jeunes concernés

D’après l’observatoire de la Sanef (Société des autoroutes du nord et de l’est de la France), dont les chiffres ont été publiés début juillet, en 2010, les conducteurs étaient deux fois plus nombreux qu’en 2015 à tenir leur smartphone à la main alors qu’ils étaient en train de conduire (6 % contre 3,7 % en 2015).

Selon un baromètre de l’assureur Axa sur le comportement des Français sur les routes, dévoilé en juin, ce chiffre monterait même à 70 %, tous usages confondus. Ce sondage révèle qu’un Français sur deux admet utiliser son portable au volant pour passer un appel, un sur quatre pour envoyer un texto ou lire un SMS, un sur deux pour consulter le GPS. Un phénomène encore plus répandu chez les jeunes, qui sont 83 % à l’utiliser en conduisant et qui inquiète très sérieusement le Comité interministériel de la sécurité routière qui rappelait en janvier 2018 que téléphoner au volant multiplie le risque d’accident par trois, et la lecture ou rédaction de SMS, par 23. Selon la Sanef, 14 % des accidents mortels ont pour cause l’inattention, principalement due à l’usage du smartphone.

Source : www.actu-transport-logistique.fr

08/03/2019

Taxes : la vignette poids lourds fait son retour

26/11/2018

Les routiers bloquent les manifestants.

Agacés par l'absence de barrages filtrants qui leur auraient permis de circuler tout en laissant les "gilets jaunes" manifester, les chauffeurs de poids-lourds ont décidé à leur tour de bloquer les manifestants.

"lls ne veulent pas faire du filtrant ? On va les bloquer aussi. Ils verront ce que c'est de ne pas rentrer chez soi le soir." Face au durcissement du mouvement des "gilets jaunes", les chauffeurs routiers ont inversé la tendance le temps de quelques heures, raconte France Bleu Cotentin.

La scène se passe mardi 20 novembre sur l'autoroute A84 à hauteur de Guilberville, dans la Manche, et sur les routes convergentes. Les bloqueurs, qui refusaient de laisser passer les routiers, ont été bloqués.

Pour ce faire, les chauffeurs ont utilisé leur instrument de travail, le camion. Il a suffi de deux semi-remorques pour bloquer l'accès à l'autoroute et ainsi empêcher le bon déroulement de la manifestation des "gilets jaunes".

Si plusieurs routiers français prenaient jusque-là leur mal en patience par solidarité avec les "gilets jaunes", cette entente semble avoir atteint ses limites au quatrième jour du mouvement. Ce blocage des chauffeurs de camions visait également à prendre les devants face à des gendarmes inactifs. Ces derniers n'ont eu ordre d'intervenir que tardivement pour débloquer le tronçon bloqué par les manifestants, selon France Bleu Cotentin.

Finalement, les "gilets jaunes" ont abdiqué et laissé passer les camions, avant d'être évacués par les gendarmes. En fin de journée leur motivation n'était cependant pas altérée, ils promettaient de "revenir à Guilberville" pour bloquer un rond-point stratégique. Ce mercredi 21 novembre toutefois, le calme semble être revenu pour de bon sur cette portion de route.

Source : https://www.rtl.fr

26/11/2018

Gilets jaunes : un chauffeur routier grièvement blessé

Un chauffeur routier s'est fait rouer de coups dans la Meuse par un "gilet jaune", jeudi 22 novembre 2018. Il a été très grièvement blessé à un barrage routier.
La tension est montée d’un cran dans la Meuse jeudi 22 novembre 2018 vers 7h en marge d’un rassemblement des « gilets jaunes ». Un chauffeur de poids-lourd a été violemment agressé par un manifestant, à Fains-Véel dans la banlieue de Bar-le-Duc.

L’homme de 42 ans, énervé d’être bloqué sur un axe routier par un barrage sauvage, a été tabassé par un jeune homme portant un gilet jaune.

Selon RTL, qui révèle l’information, il souffre de quatre fractures au visage et d’une hémorragie cérébrale, mais ses jours ne sont plus en danger. Son pronostic vital a été engagé pendant un temps, juste après les faits. Il doit prochainement se faire apposer une plaque de métal au niveau de la mâchoire.

Source : https://actu.fr

12/11/2018

Infos heures supplémentaires et lissage trimestriel:

Comment compter les heures supplémentaires ?
En France dans le transport de marchandise les heures supplémentaires sont généralement calculées au mois. Le seuil mensuel est de 151h40, au delà toutes les heures sont majorées de 25% et dépassé 186h20 elles sont majorées de 50%.
Exemple :
Un conducteur effectue un mois de 190h00, il a donc 151h40 en heures normales, 34h40 heures supp. à 25% et 8h40 à 50%.
Le salaire brut se calcule selon cette base, exemple :
- 151h40 x 1 x taux horaire
- 34h40 x 1.25 x taux horaire
- 8h40 x 1.50 x taux horaire.

Qu'est-ce que le lissage trimestriel ?
Beaucoup pratiqué par le passé, le lissage trimestriel se pratique moins aujourd'hui.
Dans le transport de marchandises, les heures supplémentaires sont payées en fin de mois.
De nombreuses entreprises ont pratiqué un calcul moyen des heures sur une période de 3 mois (exactement 12 semaines), c'est le lissage trimestriel.
Exemple :
Janvier : 190h00 - Février : 140h00 - Mars : 150h00
Total sur les 3 mois de 480h00.
Les cumuls des heures à taux normal sur 3 mois est de 151h40 x 3 = 455h00
Le solde des heures supplémentaires est donc de 25h00 rémunérées à 25 % (25 x 1.25 x taux horaires).
Clairement cette méthode de calcul avantage l'entreprise. En principe, elle ne doit plus être appliquée.

05/11/2018

En cas d'accident grave quel sont les conséquences et comment les prévenir ?

En cas d'accident grave impliquant la vie ou la santé d'une personne les autorités chercheront à établir la responsabilité civile et pénale.
Il faut être conscient que dans ce genre de situation, les entités juridiques répondront des actions civiles (responsabilité d'assurance et financières...). Par contre, la responsabilité pénale est supportée par le représentant de l'entreprise, le chef d'entreprise ou celui qui a la délégation de pouvoir, ainsi que le conducteur.
Outre les aspects financiers, une personne physique peut encourir une peine de prison et une interdiction d'exercer son métier.
Afin d'éviter au maximum ces situations dramatiques, veillez aux infractions qui pourraient s'apparenter à une exploitation intensive des conducteurs tel que les infractions au repos réduit, les infractions aux temps de conduite, les infractions au temps de travail hebdomadaire - la récurrence de ces infractions est un facteur aggravant !
Soyez aussi vigilant aux infractions dites "graves" de 5e catégorie, par exemple une conduite continue de 6h00. Repérez rapidement les conducteurs laxistes ou qui ne savent pas utiliser correctement le chronotachygraphe.
Enfin, ne pensez pas que le limiteur vous protège des sur-vitesses au-delà de 90km/h...surtout lorsque votre métier vous amène à utiliser toujours les mêmes itinéraires.

Vidéos (voir toutes)

SDMobile vidéo d'explication sur le rapport d'heure
Vidéo de présentation SDMobile
SDmobile bientôt disponibleAvant la fin 2019, Opsilog commercialisera une application smartphone pour les conducteurs !

Téléphone

Adresse


2 Rue Duclaux Monteils
Alès
30100

Heures d'ouverture

Lundi 09:00 - 12:00
14:00 - 19:00
Mardi 09:00 - 12:00
14:00 - 19:00
Mercredi 09:00 - 12:00
14:00 - 19:00
Jeudi 09:00 - 12:00
14:00 - 19:00
Vendredi 09:00 - 12:00
14:00 - 19:00
Autres Entreprise informatique à Alès (voir toutes)
Bea Informatique Bea Informatique
1965 Chemin De Trespeaux
Alès, 30100

Société de services informatiques pour les entreprises et les professionnels. BEA Informatique vous accompagne dans votre Transition numérique et votre Cybersécurité.